Le parcours d’un hôte californien : de Peace Corps jusqu’à Open Homes d’Airbnb

« Ce n’est pas une question d’argent », confie Mike, ancien bénévole chez Peace Corps devenu gestionnaire immobilier et hôte Open Homes.

Ce n’est pas tous les jours qu’un parcours d’hôte Airbnb commence durant une tentative de coup d’État.

Mike, ancien bénévole chez Peace Corps au Guatemala, explique : « Malgré le climat anti-étrangers qui régnait à l’époque, les communautés amérindiennes étaient là pour nous et nous ont traités comme si nous étions de la même famille. Et pour moi, être hôte est un moyen de rendre ce que j’ai reçu. » 
Mike est maintenant hôte sur Airbnb, propriétaire de Redwood Coast Vacation Rentals dans le nord de la Californie et membre du programme Open Homes d’Airbnb. Ce dernier permet aux hôtes de proposer un logement gratuitement à ceux et celles qui ont besoin d’une solution d’hébergement provisoire.  Ses premières expériences lui ont appris l’importance de se soutenir mutuellement, de faire preuve de compassion et d’ouvrir ses portes aux personnes dans le besoin. Nous l’avons rencontré pour aborder son parcours, de Peace Corps jusqu’à sa vie de gestionnaire immobilier et, plus tard, d’hôte sur Open Homes.

Comment êtes-vous passé de bénévole chez Peace Corps à hôte sur Airbnb ? 

Grâce à mon expérience chez Peace Corps, j’ai gagné un profond respect envers les hôtes. Quand ma femme et moi étions au Guatemala, il se passait des événements très graves. Il y a eu une tentative de coup d’État et quelqu’un répandait des rumeurs selon lesquelles les Américains kidnappaient des bébés. La situation est devenue trop dangereuse : alors que ma femme se promenait dans son village, des gens ont commencé à lui jeter des pierres. Tous les bénévoles ont donc été rappelés vers la capitale et nous avons séjourné chez différentes familles d’accueil. Savoir que quelqu’un était là pour nous a été un soulagement énorme. 

Il y a un moment dans la vie ou, avec un peu de chance, quelque chose nous apprend à faire preuve de plus de compassion. Pour moi, ça a été cette expérience. À notre retour, nous avons donc décidé d’accueillir des voyageurs. D’abord, nous avons réaménagé notre garage pour en faire un studio séparé. Nous avons ensuite acheté d’autres logements et avons évolué en entreprise de location de vacances. Et maintenant nous sommes sur Airbnb. 

Parlez-nous des hôtes qui vous ont aidé pendant cette période difficile. 

Il y a eu beaucoup de monde. Je partageais un appartement avec Miguel, qui venait du Salvador. Il était cordonnier et était là en tant que réfugié. Il réparait les chaussures directement sur la route. C’était quelqu’un de très sympathique et attentionné, qui avait toujours des anecdotes géniales à raconter. Il m’a aidé à rencontrer des gens de la communauté locale. 

Ma femme était à Momostenango. Elle travaillait avec un groupe de femmes amérindiennes qui préparaient des plats comme le poulet au Pepsi. Nos hôtes respectifs ont été vraiment merveilleux. Ils nous ont raconté leur parcours et sont devenus une seconde famille. Ils savaient que les rumeurs étaient fausses et ils se sont occupés de nous. Nous avons appris des choses sur leurs cultures, et ils ont aussi appris des choses sur la nôtre. Un lien s’est créé. En quelque sorte, ils étaient devenus nos ambassadeurs. 

Et maintenant, vous aidez les personnes qui ont survécu aux incendies dévastateurs de Californie grâce à votre activité d’hôte sur Open Homes. 

L’année dernière, nous avons accueilli 17 familles de Paradise en Californie, dont certaines personnes qui avaient perdu des proches. Je ne suis pas très doué pour cacher mes émotions, et certaines de ces histoires ont été assez dures à entendre. Les gens me racontaient ce qu’ils avaient vécu. C’était fou, ils apercevaient tout à coup de la fumée au loin et moins de 15 minutes plus tard, ils couraient pour sauver leur peau. Nous nous sommes dit que nous avions beaucoup de chance d’être sur la côte et d’être protégés du risque d’incendie grâce à l’humidité. Beaucoup de gens ont eu des problèmes avec leurs assurances et n’ont pas été indemnisés. Nous les avons aidés à trouver des maisons avec d’énormes réductions, parfois même gratuitement.

C’est ce qu’il faut faire dans ce genre de situation. Ce n’est pas une question d’argent. Bien sûr, l’activité doit rester rentable, mais il s’agit de bien plus que ça. Il s’agit de nouer des liens avec les gens.   

Mike Reinman

Comment faites-vous pour que votre entreprise reste rentable tout en aidant les autres ? 

Nous avons une liste de propriétaires qui sont prêts à proposer des séjours gratuits à des fins caritatives. En tant qu’entreprise, nous avons une clause à ce sujet dans notre accord avec les propriétaires. Nous demandons à ce que leurs logements puissent être disponibles au moins une fois par an à des fins caritatives ou pour Open Homes. Ils n’hésitent pas une seconde. 

Lorsqu’on dirige une entreprise, si les gens avec qui l’on travaille ne sont pas à l’aise avec ce qu’ils font, ça ne peut pas fonctionner sur le long terme. Il faut être être animé par une mission juste. Pas seulement par les résultats financiers. 

Quels sont les autres projets axés sur votre mission sur lesquels vous travaillez ? 

Nous essayons de contribuer à relancer les quartiers défavorisés de la ville d’Eureka, en Californie. Il y a beaucoup de problème de drogue et de nombreuses personnes sont sans abri. Nous avons rénové quelques maisons pour en faire des logements Airbnb, ce qui a donné un second souffle à ces quartiers. L’ambiance a beaucoup changé et les gens sont ravis. En même temps, nous avons ouvert notre second lieu d’hébergement abordable, et nous sommes en train d’agrandir un lieu d’accueil provisoire qui va bientôt compter 44 chambres. Nous réutilisons donc une partie de nos revenus pour proposer des opportunités aux gens. Il faut faire les deux. Il n’est pas acceptable de mettre les gens dehors. 

Quels sont vos conseils pour les autres hôtes qui souhaiteraient un jour gérer une entreprise comme la vôtre ? 

Assurez-vous que l’expérience est positive aussi bien pour les voyageurs que les propriétaires, mais également pour les voisins. Concernant les voyageurs, soyez très clair sur le logement et son emplacement, car beaucoup de gens ne lisent pas l’annonce en entier. Les photos sont le meilleur moyen de montrer aux voyageurs ce qui les attend.

Nous accueillons les gens sur place en personne, ce qui fonctionne très bien. Certains voyageurs n’ont pas besoin d’être accueillis, mais proposez-leur quand même.

Enfin, comment décririez-vous votre style d’accueil ? 

Je suis plutôt du genre sportif et ma femme est fan de gastronomie. Si nous accueillons des surfeurs, je peux leur prêter ma planche. Ma femme recommande des bons plans pour manger. Nous invitons tout le temps des gens à dîner. Ma femme va s’absenter quelques mois, je vais donc proposer une chambre privée. Ce n’est pas pour l’argent, mais simplement parce que ça me fait plaisir. 

Il y a des sentiers de randonnée près de chez nous, je pourrais emmener les gens marcher ou courir, passer chez des amis pour partager un repas ou faire de la musique. Si les voyageurs sont assez jeunes, je pourrais leur parler de Peace Corps pour leur donner envie de postuler.

Open Homes

Proposer mon logement
Que vous ayez une chambre d'amis ou une maison secondaire, vous pouvez partager votre logement pour la bonne cause. Rejoignez une communauté d'hôtes généreux en proposant votre logement aux personnes qui ont besoin d'un hébergement provisoire.

Recevez des informations sur l'hébergement professionnel avec Airbnb, directement dans votre boîte de réception

S'abonner